Vendredi 08 novembre, 2013

Emeco : des produits de très haute qualité…

logo

Emeco est une usine parfaite alliant flexibilité et qualité. Les chaises Emeco sont idéales pour les Hôtels, Restaurants, Bio, Magasins (concept-store, luxe, ou de très fort passage). Les avantages du produit sont nombreux : une très longue durée de vie, résistent au feu, peuvent être utilisés à l’intérieur et à l’ extérieur, sont très faciles à nettoyer, sont très esthétiques.

Les chaises Emeco sont idéales pour les Hôtels  (Budget et Luxe), Restaurants (Fast-food, Bio, USA Diner et Luxe), Magasins (concept-store, luxe, ou de très fort passage). Les avantages du produit :-   Une très longue durée de vie.-   Facilement personnalisable (hauteur, accoudoirs, coloris)

-   Normalement résistant au feu

  Intérieur / extérieur

-   Normalement très facile à nettoyer

-   Son esthétique

Emeco est une usine américaine, fondée en 1944 après un appel d’offre pour la marine américaine qui recherchait des chaises pour les sous-marins.  Ils voulaient une chaise indestructible, légère, facile à nettoyer, résistante au feu, non-magnétique.  L’aluminium était le matériau idéal, mais trop tendre.  Le fondateur d’Emeco a trouvé une technique pour modifier la structure moléculaire de l’aluminium en passant les produits dans des bains de sel à 600°, avec des tests de résistance en jetant son produit du troisième étage d’un immeuble ! Par la suite, la chaise a été utilisée dans des écoles, hôpitaux, bateaux, stades……Vous pouvez les voir dans presque tous les polars télé américains.  Leur problème était que essentiellement la chaise était trop bien faite !  Avec un client principal (le gouvernement) et 1 produit principal (la chaise Navy), après fin de la guerre froide, on trouvait beaucoup de chaises Navy d’occasion… L’usine n’avait plus de 19 employés (contre  550 dans les années 50).  Il fallait un miracle !
C’est Philippe Starck qui l’a fait, il s’est amouraché de cette usine typique de l’artisanat américain… Il leur a confié la fabrication d’un nouveau produit (!), Hudson – pour un hôtel à New York, et il a introduit, avec l’aide des gens de Harley-Davidson, un processus de polissage à la main. C’est très cher,  chaque chaise nécessite 8 heures de polissage, mais au final ce sont comme des bijoux.  Depuis cette date, l’usine a connu une croissance continue, aux Etats-Unis comme à l’étranger, avec toujours une grande exigence qualité et un flexibilité extrême. Beaucoup des designers du monde entier parmi les plus intéressants du monde tiennent à travailler sur le nouveau modèle qu’ils sortent chaque année – Starck, Nouvel, Putman, Gehry, Grcic, Foster, Pillet….  et ils ont introduit des matériaux recyclés dans leur fabrication, de manière  nouvelle dans le monde de la chaise. C’est bien pour l’environnement et c’est un appel direct à ceux qui se préoccupent de  leur environnement.
Quelques exemples :
La chaise 20-06 conçue par Norman Foster, qui voulait la chaise la plus minimaliste qu’on puisse imaginer, avec une section de pied de seulement 2 cm, une manière de relever un défi incroyable pour une chaise en aluminium.  Dans sa version de base, la chaise est fabriquée aussi en version fauteuil et en tabouret (sans dossier), et il y a aussi une très jolie table 4 pieds.  Empilable jusqu’à 12 pièces, elle est idéale pour une environnement « dur » (par exemple une terrasse d’hôtel de luxe, un bord de piscine ou sur le trottoir !). elle convient parfaitement quand on doit bouger les chaises très fréquemment, avec donc des modèles à la fois légeres et très robustes, faciles à nettoyer et qui ne prennent pas trop de place.  Elle devient aussi en version laqué RAL quelque chose d’unique, avec éventuellement une jolie galette d’assise rembourrée en skaï…  Foster a dit qu’il appréciait cette personnalité anonyme de la chaise, laissant respirer l’environnement proche…  elle a trouvé sa place dans des projets comme l’Opéra de Dallas, le Musée National de Préhistoire aux Eyzies.  A partir de 560€ HT.
Lancaster par Michael Young joue sur le fait que l’assise est en métal et la structure en bois (recyclé) – plutôt que le contraire. Avec une structure en frêne naturel ou teinté, elle donne presque un aspect classique à une usine dont les chaises  sont souvent dans des environnements type loft, épurés et frais. Mais, il y a quelque chose de plus sophistiqué technologiquement avec cette chaise qui dans sa version de base incorpore un revêtement « nanocoated » sur le dossier et l’assise, donc très résistant aux rayures… Important car la chaise est empilable (jusqu’à 6 pièces).  La chaise est aussi declinée en tabouret de bar avec dossier, très sobre mais aussi très qualitatif.   Le tabouret se trouve dans beaucoup des bar à l’étranger, et la chaise est référencée par les hôtels « Radisson Blue« .  A partir de 460€ pour la chaise et 665€ pour le tabouret.
« Broom » par Starck est une chaise anonyme, empilable, sensuelle avec des coloris sympathique et frais.  Sensuelle surtout par son matériau révolutionnaire (75% de chutes de polypropylène recyclé, 15% de poudre de bois) pour un toucher beaucoup plus qualitatif que celui d’une chaise en plastique traditionnelle.  Elle est empilable jusqu’à 6 pièces, intérieur / extérieur (dans 5 des 6 couleurs) et très confortable. Elle peut être placée  dans des lieux de fort passage, quand on cherche un produit pas trop cher mais d’entretien facile et apportant un peu de vitalité.  La chaise a été utilisée en France dans des fast-food, et une grande chaine d’hôtels 2 étoiles. Elle pourrait aussi être une alternative à des chaises en plastique comme celles de Kartell ou Moroso, si l’on veut un modèle qui a moins été vu, moins typé et plus technique.  Starck est attaché à l’origine humble de cette chaise, créée avec des chutes de matériaux…  Mais elle peut servir longtemps dans des environnements d’utilisation très dure.  195€, HT.
« Icon » en version poli main est la chaise la moins chère du catalogue dans cette finition.  Il faut 8 heures de polissage par chaise, une opération très technique et délicate.  Mais le résultat est un bijou de luxe, sans être clinquant étant donné l’aspect simple, presque basique, de sa forme.  Les chaises Emeco sont comme des icônes… La chaise Navy est un symbole américain, au même titre que les arches de MacDonalds ou la bouteille de Coca Cola.  Starck a dit que Icon « est la chaise qu’il voit quand il ferme ses yeux » et malgré sa simplicité, elle est garantie à vie  (comme la majorité des chaises de la collection) .  Très utilisée dans des espaces publics, elle peut aussi être proposée dans un projet en version brossé, ou en laqué RAL.   Il a été utilisé avec seulement 1 accoudoir dans « Le Paradis de Fruit », Avenue George V… On peut ainsi facilement tourner à droite (ou à gauche) pour parler avec son voisin, en s’appuyant sur l’accoudoir unique et le dossier.  A partir de 895€ en version poli, 430€ en brossé et empilable jusqu’à 5 pièces.
« Navy 111 » est la version plus contemporaine de la classique Navy 1006.  Toujours dans un matériau recyclé (fabriqué avec 65% de bouteilles PET de CocaCola) – la chaise a un certificat au feu, est  garantie de 5 ans pour l’intérieur et 2 ans pour l’extérieur….Elle a donc une bonne durabilité et est aussi facile à nettoyer ce qui en fait une chaise parfaite pour un restaurant avec un esprit loft, américain, bio ou juste simple et coloré…  On a fait des fastfood…par exemple à Disneyland….des restaurants d’entreprise, et des restaurants parisiens très chic.  C’est une chaise très versatile avec toujours la forme très iconique de la Navy en version originale mais des coloris frais et actuel.  250€ HT.
Emeco reste une usine parfaite alliant flexibilité et qualité.  Les chaises les plus simples sont disponibles en Europe sur 2-3 semaines… Pour les autres, où il faut compter avec transport par bateau des Etats-Unis et des délais de environ  2-3 mois…donc c’est un aspect qu’il faut vraiment prendre en compte dans le projet.  Mais les architectes et les clients sont toujours très contents avec le produit….en particulier quand ils voient une chaise 20 ans après, toujours en bon état.